Electrosmog, mauvaises ondes


L’électrosmog devenu malheureusement célèbre par la force des choses fait parti des axes de recherche du géobiologiste. L’électrosmog est en fait le résumé pertinent de ce qui se passe autour de nous. Ce bombardement d’ondes dans lequel nous sommes baignés en permanence, ce brouillard d’ondes électriques et électroniques; que l’on nomme l’électrosmog. L’évolution des technologies a créée un certain nombre d’émissions d’ondes nouvelles avec lesquelles il faut maintenant composer, ce fameux électrosmog dont on a peine à se protéger.

 

L’électrosmog bombe à retardement!

Onde vibratoireC’est vrai, l’électrosmog est surement la source future de nombreuses pathologies et a déjà commencé, depuis un certain temps maintenant, à attaquer notre corps. Actuellement il est quasiment impossible en France de trouver une zone, que l’on nomme zone blanche, qui ne soit pas touchée par une perturbation électromagnétique. L’électrosmog est un fourre-tout dans lequel nous trouvons les ondes électromagnétiques ELF basses fréquences, les ondes de terminaux informatiques, les ondes radio grandes ondes AM et courtes FM qui rejoignent les ondes télévision VHF, les ondes UHF celles de nos antennes satellites et téléphones portables, les ondes UHF à plus forte intensité, comme les fours micro-ondes et les ondes radars enfin nous avons les ondes infra rouge, lampe UV, les rayons X.

 

L’électrosmog regroupe toutes ces ondes qui ont toutes leurs particularités et leurs utilisations spécifiques mais ont toutes des effets nocifs. Bien que des normes à ne pas dépasser ont été imposées aux fabricants et aux distributeurs, il n’en reste pas moins que pour le moment elles ont été fixées trop élevées et surtout individuellement.  Et c’est ce point qui est véritablement un problème car l’éléctrosmog regroupe toutes les sources. Lorsqu’on se promène dans la rue, ce n’est pas une onde qui nous frappe mais un nombre presque incalculable et permanent. C’est pourquoi fixer une norme individuellement sans tenir compte du cumul est une aberration. L’électrosmog est donc une vraie bombe à retardement pour nous et les générations futures à cause de l’effet multiplicateur des ondes qui, avec le temps, attaquent l’homme.

 

L’électrosmog, le brouillard d’ondes électromagnétiques

Les premières alertes ont été lancées grâce, malheureusement, aux premières personnes qui sont devenues sensibles, ou plus exactement hyper-pollution electromagnetiquesensibles à ces ondes. Je dis malheureusement car vivre normalement, pour elles, est devenu impossible. Obligées de se retirer, de s’exclure de la société, tels des ermites alors qu’ils sont seulement les premières à ressentir ce qui nous attends tous. Est-ce là un signal d’alarme pour nous faire réagir? Je l’espère car des solutions sont encore envisageables à notre niveau mais surtout au niveau des pouvoirs publics. Le lobbying de la téléphonie, des émetteurs d’ondes en tout genre n’est pas une fatalité et il est temps de réagir.

Comment? Notre vision, dans ce brouillard, cet électrosmog parait de courte distance mais chacun d’entre nous peut déjà agir pour lui-même. Le constat décrit plus haut concerne l’extérieur mais qu’en est-il au quotidien dans la maison, au bureau, dans la voiture? C’est simple, les endroits où nous pouvons partiellement réguler les agressions dues aux ondes sont les pires. L’éléctrosmog, dans une maison, est présent partout, cuisine, chambres, bureau, dans les murs, au plafond, au sol. Mais on peut agir et sans pour autant bouleverser notre façon de vivre.

L’électrosmog du domicile, c’est déjà le wifi, la box comme on la surnomme, la boite à ondes UHF pour Ultra Hautes Fréquences. Le premier geste à effectuer pour ne pas subir ces ondes UHF est de l’éteindre au moins pour la nuit, c’est le moment où elle ne sert pas du tout et pourtant celui qui est le plus problématique car pendant la nuit notre corps est le plus vulnérable. L’électrosmog est aussi produit par nos téléphones sans fils, portables et téléphones DECT (les téléphones domestiques sans fils), ainsi que les champs électromagnétiques de notre alimentation électrique. Là des connaissances plus poussées sont indispensables pour éviter d’être en contact avec ces nocivités.

L’électrosmog et le géobiologue

Pour apprendre à contrôler cet électrosmog faire appel à un géobiologue permet d’avoir les bons conseils. Modifier certaines habitudes, dompter l’électricité domestique intelligemment, comprendre pourquoi des appareils pourtant conçus correctement vont à l’encontre de notre santé, est le rôle pédagogique du géobiologue qui aidera à la compréhension de cette nouvelle donne. Pour tout cela, le géobiologue a les solutions dédiées à chaque problématique. Il permettra à long terme d’éviter l’accumulation des ondes. Le corps étant moins harcelé, ce dernier supportera plus longtemps l’électrosmog, même si cet état de fait ne reste qu’un maigre palliatif. Ce sera déjà un progrès et un atout indéniable pour notre santé. Le « faire avec » l’électrosmog est une attitude qui va dans le bon sens, même si il est évident que ce n’est pas la mesure idéale et que le chemin sera encore long.

Laissez votre commentaire ici maintenant