Le géobiologue


Le géobiologue par une approche à la fois scientifique et ésotérique couvre un panel de détections des plus larges. Par son ressenti et son savoir-faire, le géobiologue porte un regard sur l’environnement bien loin du cadre habituel. Le géobiologue par sa pratique lève et débloque des situations qui pourraient sembler impossible. Le géobiologiste, homme de terrain, recherche les facteurs naturels et ceux issus  de l’activité humaine pouvant perturber et dégrader les fonctions du corps aussi bien physiquement que psychiquement.

 

Le géobiologue et le milieu

Une longue tradition à encourager les hommes à s’intéresser au monde qui les entoure. Autrefois par nécessité, la nature étant hostile, les hommes ont cherché à comprendre et à communiquer avec les forces en présence. Plus récemment, après être tombées dans l’oubli un long moment, les pratiques ancestrales, remisent à niveau, ont retrouvé toute leur raison d’être. L’adaptation est une faculté que l’homme a su préserver un atout indéniable mais pas suffisant. L’évolution trop rapide de notre environnement fait de l’homme un être maintenant inadapté à son milieu, ceci est d’autant plus vrai que le bouleversement de son environnement s’est produit dans un laps de temps très court, à l’échelle humaine. L’homme est devenu génétiquement inadapté. Et cet état de fait s’accélère encore avec la dégradation continuelle de son environnement, aussi bien extérieur qu’intérieur.

L'homme et son environnement

L’homme et son environnement

Le géobiologue travaille pour que la confrontation de ces deux mondes, l’homme et son environnement, se passe le mieux possible. Le mal étant en marche, il faut désormais composer avec. L’art du géobiologue est justement de permettre à l’homme de réintégrer son milieu, ou plus exactement, de l’aménager ou le modifier de telle sorte qu’il ne soit plus néfaste à la vie mais une composante de son épanouissement.

Le géobiologue doit trouver les solutions adéquates pour que les lieux de vie redeviennent des lieux sains. C’est ce qu’on nomme la nouvelle médecine de l’habitat, à la fois préventive et curative. L’intervention du géobiologue aura pour objectif de déceler toutes les sources de pollutions qu’elles soient naturelles ou non, de façon à pouvoir agir dessus. Certaines de ces pollutions ont des effets directs, d’autres plus insidieuses, sont beaucoup moins faciles à reconnaître comme néfastes pour l’homme. Toutefois, que ces pollutions soient visibles ou invisibles, elles n’en restent pas moins dangereuses à long terme et sont des facteurs perturbants pour l’organisme.

Le géobiologue évolue dans un milieu qui ne laisse pas de place à l’approximatif, il se doit d’être le plus sérieux possible dans ses interventions pour qu’elles soient efficientes et puissent agir au mieux de l’intérêt du client, du patient. Longtemps décriée, appréciée à divers degrés, l’activité du géobiologue a su trouver sa place dans notre société moderne qui n’a plus guerre de choix, prise dans sa course en avant, emportant avec elle ses excès et la cohorte de pollutions qui vont de paires.

 

Le géobiologue peut-il sauver le monde?

Volontairement provocateur mais non dénué de sens, ce titre de chapitre résume à lui seul toute la tâche à accomplir. Le géobiologue, à son niveau, ne sauvera pas le monde mais contribuera surement à le rendre plus vivable. Tout au moins pour l’espèce la plus évoluée qui continue sa course en avant sans se rendre compte qu’elle courre à sa perte. Cette course effrénée passe par un mal-être grandissant comme c’est le cas actuellement. Signal d’alarme, s’il en était encore besoin, qu’il serait temps de prendre en considération. La société va mal, que de maux nouveau à résorber, à contenir jusqu’à l’explosion. Faut-il en arriver là? Non, rien n’est obligatoire dans ce domaine. Le géobiologue ouvre la voie pour éviter d’en arriver à de telles extrémités

harmonie de l'homme

.

La géobiologie n’est pas une révolution. Le géobiologue n’est pas un magicien des temps modernes, il s’applique juste à remettre l’homme au cœur de son environnement, les lois de la physique étant universelles, chaque élément est inter-connecté l’un avec l’autre. L’homme, dans ce contexte, est bien un élément faisant partie intégrante d’un tout, ce qu’il a malheureusement eu tendance à oublier depuis l’avènement de l’ère moderne. Le géobiologue, à son niveau, ne sauvera pas le monde mais aidera à le rendre meilleur ou plus exactement plus vivable et acceptable tel qu’il est devenu. Le milieu évoluant, le géobiologue, lui aussi, voit ses techniques s’affiner pour optimiser les résultats. Le rééquilibrage des lieux de vie, point crucial de la pratique du géobiologue, devient ainsi l’élément de réunification de l’homme et de son milieu.

 

Le géobiologue sous tension

S’il faut un rééquilibrage, c’est qu’à un moment donné il y eu un déséquilibre. Est-il général, local, à grande échelle, est-ce une dysfonction naturelle, de quelle nature peut-il être ou provenir? A n’en pas douter, de nombreuses questions surgissent sans que l’on trouve les réponses facilement. Récemment certains chercheurs ont mis en avant les réseaux terrestres de différentes natures, causes de bien des maux. A y regarder de plus près, ces réseaux de type tellurique ont été révélés il y a quelques années mais existent en fait depuis la nuit des temps. La question qui frappe l’esprit est pourquoi ces réseaux ont-ils été découverts il y a si peu de temps et sont-ils nocifs? L’activité humaine, encore elle, est de nouveau la réponse probable à cette question. Notamment depuis la découverte de l’électricité. Celle-ci aurait un impact direct sur la puissance de ces réseaux. Il apparaît clairement que ces réseaux sont renforcés dans les villes alors qu’en campagne ils se font beaucoup plus discrets. La relation entre les activités humaines et la nocivité des réseaux est encore à démontrer scientifiquement mais comme on dit souvent, il n’y a pas de fumée sans feu. Le mal étant présent, se pencher sur la neutralisation de ses effets est de toute façon bénéfique. Le géobiologue, lors de son intervention, analysera les croisements de ces réseaux et veillera à ce que certaines activités humaines ne se trouvent pas à l’aplomb de ces croisements dit géo-pathogènes.

Une des pollutions actives dans un lieu de vie et perturbante provient des champs électromagnétiques. Encore une fois, l’électricité joue un rôle indéniable. Une des premières vérifications se fera sur l’installation électrique en regardant la mise à la terre. Ce point particulier, s’il révèle des défauts, peut, a lui seul, être la cause de nombreux phénomènes. Toutes les parties métalliques d’un lieu de vie ou de travail doivent être reliées à la terre, pas uniquement la baignoire. L’électricité, dont on ne connait toujours pas tous les effets sur le corps humain, est créatrice de champs électromagnétiques qui excitent nos cellules et modifient le bon fonctionnement des organes du corps humain, c’est le cas de notre sang par exemple.

L’électricité comme nous venons de le voir a donc deux agissements différents, celui de renforcer la nocivité des réseaux naturels provenant de la terre, réseaux telluriques, et le développement de champs électromagnétiques qui se retrouvent dans les murs, au plafond, dans les sols de nos lieux de vie. Ce contact permanent avec les champs électromagnétiques, peut finalement avoir le dessus sur notre santé, c’est pourquoi il faut agir.

 

Le géobiologue à toute bonne fin

Pour finir, la tâche du géobiologue est avant tout de rester à l’écoute des personnes pour définir où il doit porter son action. Au départ généraliste, le géobiologue va enquêter sur l’environnement afin de déceler les facteurs et vecteurs de nocivité. La notion de qualité environnementale, de qualité biotique, le taux vibratoire, tous ces paramètres seront pris en compte. En remontant quelques dizaines voir centaines d’années en arrière, on s’aperçoit que nos anciens se préoccupaient déjà du milieu dans lequel ils vivaient. La géobiologie n’est donc pas quelque chose de nouveau. Non, elle est remise au goût du jour car la façon dont l’humanité a évolué, ne correspond plus au mode de vie dont l’homme a intrinsèquement besoin. A différentes époques, des initiés ont, eux aussi, construits des bâtiments grandioses mais toujours en appliquant les règles de l’univers, base avec laquelle l’homme est en accord et se sent bien. Le lieu de vie est un endroit de repos, de bien-être, sa fonction principale est d’être un lieu d’accueil sain, pour que le corps, fortement agressé au fil des heures de la journée, puisse se ressourcer et se régénérer. Le géobiologue est le gardien qui maintient l’équilibre du lieu de vie, son intervention durable ouvre une nouvelle vision sur notre qualité de vie.

N’est ce pas la raison pour laquelle nous sommes sur terre, parcourir la vie en symbiose avec notre environnement?

Le géobiologue oeuvre pour que cet état soit et reste permanent, il n’est jamais trop tard pour se sentir bien. En intervention préventive ou curative le géobiologue, par son savoir-faire et sa maîtrise, saura toujours tirer partie d’un endroit ou d’un lieu de vie malsain.

 

Laissez votre commentaire ici maintenant