Votre lit est-il dangereux


Le lit, un endroit potentiellement dangereux

Non, rassurez-vous ce n’est pas votre lit qui est dangereux en soit mais l’emplacement qui lui a été choisi. La terre étant parcourue par des réseaux invisibles ceux-ci peuvent potentiellement altérer votre santé. Avant de s’intéresser à la réalité de ces différents réseaux il va nous falloir comprendre pourquoi nous devons les localiser. Leur importance n’a  d’égal que le temps que l’on y passe. Cette formule résume bien en quoi ces réseaux peuvent être nocifs pour notre santé. Mais, comme toute chose il y a des facteurs aggravants.

 Nous passons, tout au long de notre vie, environ 30% de notre temps à dormir. Pendant notre sommeil le corps se régénère et se met au repos. Nos défenses naturelles lors de cette phase de repos sont au plus bas. Les barrières sont comme qui dirait ouvertes. En dormant nous sommes vulnérables. Nous devons être attentifs à nos lieux de prédilection comme le canapé, un coin lecture, notre fauteuil de bureau car ce sont des endroits au-dessus desquels nous pouvons être perturbés par des attaques extérieures. Les perturbations engendrées sont: difficultés d’endormissement, sommeil agité, nuits plus courtes, cauchemars, sensation de chutes, fatigue au réveil etc…

Un réseau peut en cacher un autre

Pris individuellement ces réseaux ne sont fortement pas nocifs. Mais de quoi parle-t-on? Le premier, le réseau Hartmann, qui porte le nom de son inventeur le Docteur Ernst Hartmann, est un maillage terrestre orienté Nord-Sud. Ce maillage fait 2.5 mètres de long sur 2 mètres de large formé de bande d’environ 21 centimètres. Il se nomme aussi « Réseau Global« , « Réseau H » ou encore « Réseau Nickel » et est présent partout. Montant de la terre, c’est un réseau d’information tellurique, il traverse tout ce qui se trouve sur son passage, tel un mur de plusieurs mètres de haut (les hauts étages d’immeubles modernes n’y échappent pas). Chaque section du réseau est polarisé soit + ou – comme du courant alternatif. Au point de croisement, les polarités s’additionnent ou s’annulent. Le « réseau global » véhicule les informations de la terre, cette nocivité expulsée, à plus ou moins d’intensité, suivant si on se trouve sur une ligne du réseau ou sur un « nœud Hartmann » un croisement si vous préférez.

géobiologie réseau hartmann, curry

Géobiologie: les différents réseaux, hartmann, curry et points nocifs

Sur cette photo sont représentés les réseaux Hartmann en jaune et Curry en rouge (attention cette représentation n’est pas à léchelle ainsi que deux zones pathogènes, celle en noire étant beaucoup plus nocive que l’autre. Nous pouvons voir les différences d’orientation et la largeur des bandes.

Vous l’avez compris le réseau Hartmann n’est pas la place au-dessus de laquelle il faut passer du temps surtout là où il se croise. Les nœuds Hartmann sont dit géo-pathogènes. Cette nocivité peut être fortement aggravée par différents facteurs. La superposition d’un deuxième réseaux comme le « Réseau Curry« , le premier grand « Réseau Diagonal » ou « Réseau Fer » accentue et cumule la nocivité. Le réseau Curry est orienté No-Se et Ne-So avec un écartement de 8 mètres sur 8 et des bandes d’une largeur de 40 centimètres. La superposition des réseaux Hartmann et Curry forme des zones géo-pathogènes fortes notamment au niveau des nœuds.

Il existe d’autres réseaux comme celui de Wiesmann dit « Réseau Foudre » ou « Réseau Aluminium ». Après observation des phénomènes orageux il semblerait que la foudre soit attirée par les croisements du réseau Wiesmann. Les écartements de ligne sont plus grands d’environ 10 à 11 mètres de coté, orientées, elles aussi, comme le réseau Curry.

Quelques réseaux supplémentaires ont été mis en évidence comme le « Réseau Peyré » nommé « Réseau d’Or » de 8 mètres de côté, orienté Nord-Sud. De même orientation nous trouvons le « Réseau Romani » de seulement 1,1 à 1,5 mètre de côté mais ces derniers ne nous intéressent pas concernant l’emplacement de notre lit.

Alors avec tous ces réseaux telluriques où mettre notre lit? Dans tous les cas nous allons éviter les nœuds de ces lignes de façon à ne pas être agressés pendant notre sommeil. Il va nous falloir trouver ces réseaux tout au moins le plus important, le Hartmann, de par sa nocivité potentielle, mais surtout du fait de son maillage relativement serré qui suppose que notre lit a une énorme probabilité de se retrouver au-dessus d’un de ses nœuds. Pour détecter le réseau Hartmann nous allons fabriquer un lobe Hartmann spécialement conçu et dédié à la découverte de ce réseau (objet de notre prochain article) et nous procéderons au changement de place du lit en fonction des nocivités détectées.

A retenir

Le lit doit être placé en dehors du rayonnement des réseaux Hartmann, Curry et éventuellement Wiesmann, la superposition de ces réseaux augmente leur nocivité et altère notre santé. L »emplacement du lit est stratégique pour le bien de notre sommeil et notre santé.


Laissez votre commentaire ici maintenant

3 commentaires sur “Votre lit est-il dangereux